Live by night

live by night

Hello mes petites morues !

La semaine dernière comme vous avez pu le voir j’étais à l’avant-première de Live By Night avec le beau Ben Affleck !

Au départ, aller voir un film de gangster ne me branchait pas énormément mais comme j’aime assez ce que fait Ben Affleck, je me suis laissée tenter  pour découvrir Live By Night et sa présence pour nous présenter brièvement le film ne gâchait rien ! Une chose à dire sur Ben : il est méga grand (okay aucun rapport avec le film mais j’ai vraiment regardé en l’air quand il est passé à côté… Des fois on ne se rend pas trop compte à l’écran !).

L’histoire se passe à Boston dans les années 20, et pendant la prohibition, les différentes mafias essayent de tirer un maximum profit du buisness clandestin de l’alcool. Joe est fils de flic et pourtant il bascule vite du côté obscur et se met en plus à dos l’un des plus gros mafieux du coin en lui piquant sa nana… Ambiance..

Au début le film tourne beaucoup autour des histoires de rivalités entre les gangsters, mais au fil du temps on s’aperçoit que certains gangsters ont aussi un code de l’honneur et une certaine « moralité ». C’est donc un gangster finalement assez attachant que nous suivons. Je pense que c’est peut-être ce qui a déplu à certaines critiques acerbes.

N’étant pas spécialement friande de films de gangster, le côté humain du personnage de Joe m’a fait accrocher au film alors que je n’y aurais peut-être pas adhéré sans celui-ci. OK Ben se donne souvent le beau rôle et alors ? Il aurait tort de s’en priver ! Et ce n’est pas pour plonger à fond dans le cliché, mais je pense que c’est pour séduire un plus large public féminin que le film joue sur plusieurs plans et Ben a eu bien raison…

Pour moi la qualité de l’image est belle, les costumes sont tops, je ne me suis pas ennuyée.

Est-ce que c’est aussi bon qu’Argo ? Pas à mes yeux, non ! Mais est-ce que l’on est toujours obligés de comparer les oeuvres d’un artiste les unes aux autres ? Tout le monde disait que « Michael Jackson baissait après Thriller », est-ce que ça veut dire que BAD, c’est de la daube ? Je ne crois pas! (T’as vu je m’énerve !).

Bref tout ça pour dire que pour moi c’est un bon moment à passer en couple ou entre amis. Pas le film du siècle mais il tire largement son épingle du jeu en comparaison avec d’autres films qui passent en ce moment au ciné. Je suis dubitative sur les critiques que je lis, au point de me demander si c’est juste pour faire du buzz. Bref, j’ai aimé (et pas que pour Ben), donc je vous propose d’aller vous faire votre propre avis dans les salles 🙂

Bisous

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lido : Paris Merveilles !

blog-melolimparfaite-lido-coulisse-melo-et-danseurs

Hello la compagnie !

Fin novembre nous avons eu la chance, le Banjo et moi, de vous emmener faire un tour dans les coulisses du LIDO via Snapchat (pseudo : melolimparfaite) et nous revenons un peu sur cette soirée magique ici, pour ceux qui n’auraient pas encore Snap !

D’abord, le Lido, il faut bien le dire : j’en rêvais. Depuis un moment, je disais au Banjo qu’il fallait que nous y passions une soirée en amoureux ! Bon, nous n’étions pas tous seuls cette fois-ci mais avec un groupe très sympa de blogueurs avec plein d’étoiles dans les yeux !

Nous avons d’abord rencontré Manon (The Voice 2014), qui est la chanteuse de la revue et qui m’a réjouie par sa fraîcheur, ses tatouages, ses cheveux rouges… Elle était à la fois décalée et en même temps ce petit plus qui donne au spectacle sa touche de perfection.

blog-mode-melolimparfaite-lido-manon-the-voice

Et puis nous sommes rentrés dans les coulisses, découvrant les danseurs et danseuses, les strass Swarovski collés par milliers à la main sur les robes, les plumes à n’en plus finir, des coiffes plus lourdes qu’elle n’y paraissent… Et des danseuses toujours souriantes, même en coulisse.

blog-mode-melolimparfaite-lido-maquillageblog-mode-melolimparfaite-coulisses-robes-lidoblog-mode-melolimparfaite-coulisse-makeup-lidoblog-mode-melolimparfaite-lido-danseuse

Après la visite des coulisses et la rencontre des artistes, nous avions vraiment hâte de voir le spectacle. Je n’avais jamais vu de cabaret car je ne suis pas très à l’aise avec les gens dénudés, et ça ne m’a pris qu’il y a quelques années, de me dire que le LIDO était une référence et qu’il fallait absolument y aller. Autant vous dire que nous n’avons pas réfléchi très longtemps quand nous avons reçu l’invitation !

Je ne savais pas tellement à quoi m’attendre : quelques seins, de jolies fesses galbées, des plumes et du french cancan? Oui mais combien de temps allions nous être captivés ?

En fait la revue « Paris Merveilles » est totalement inattendue dans le sens où il y a réellement des plumes, des strass et du french cancan, mais surtout un décor féérique, et moderne. On voit tout de suite la touche Cirque du soleil de Franco Dragone : grandiose ! Ce spectacle ne manque pas d’audace et de surprises que nous ne vous révèlerons pas pour ne pas vous gâcher le plaisir ! D’après moi, si vous deviez aller au LIDO, vous devriez y aller pour voir précisément ce spectacle : Paris Merveilles est un enchantement du début à la fin !

blog-mode-melolimparfaite-lido-show blog-mode-melolimparfaite-paris-merveilles-lido blog-mode-melolimparfaite-lido-french-cancan

LIDO 116 avenue des Champs Elysées 75008 Paris

TEL : 01 40 76 56 10

Rendez-vous sur Hellocoton !

Westworld est-elle vraiment la série de l’année ?

affiche-westworld-jpeg

Crédits : HBO

Hello !

Récemment, j’ai beaucoup entendu parler de la nouvelle série « Westworld » d’HBO. « La série de l’année » ou encore « le nouveau Game of thrones », les commentaires m’ont intriguée et j’ai voulu voir par moi-même (sachant que je regarde Game of Thrones, mais sans grande conviction : les peaux de bête, le sexe, la violence à outrance et l’inégalité dans la qualité des saisons ont eu raison de moi).

Westworld, c’est un parc d’attraction un peu spécial qui coûte très cher et les visiteurs sont transportés au far west. Les personnages présents dans le parc (cowboys, prostituées…) sont en fait des androïdes qui ressemblent vraiment à s’y méprendre à des êtres humains. Dans Westworld, les « clients » peuvent faire tout ce qu’ils veulent : tuer les androïdes, aller voir des prostituées, violer, voler, picoler et être pris dans des intrigues avec les androïdes et révéler leurs réactions parfois inattendues (mais pour le moment c’est très prévisible).

Les androïdes vont commencer, petit à petit à développer une mémoire et une conscience suite à une mise à jour. Leur comportement devient imprévisible, et les responsables du parc s’inquiètent et vont chercher à comprendre ce qu’il se passe et comment y remédier.

Pour le moment je n’ai vu que 5 épisodes, mais premièrement je ne vois absolument aucun rapport avec Westworld et Game of Thrones, si ce n’est des scènes de sexe crues inutiles à l’histoire. Si on pouvait cesser de comparer l’incomparable…

Deuxièmement le règlement de ce parc est flou et il serait utile de développer un peu sur le sujet et également sur les personnages. Car pour le moment on observe surtout des clients hommes, qui vont dans le parc pour tuer « pour de vrai » des androïdes sans conséquences sur leur vie réelle et pour coucher avec des androïdes prostituées… Vaste programme! Pourquoi ne pas aller directement voir des prostituées humaines (qui, si on le comprend bien durant la série, seraient probablement moins chères) ?

D’après les habitués du parc, on est sensés en savoir davantage sur notre « vraie nature » après le séjour … Le fait est qu’à ce jour il ne se passe pas grand chose d’autre que ça pour les clients, et en ce qui concerne les androïdes, certains ont, certes, des comportements inhabituels, et se posent 2 ou 3 questions mais ça n’est pas non plus la grosse révolution…

J’ai une question de fond qui me travaille vraiment sur cette série : pourquoi voudrais-je me rendre dans un parc d’attraction pour avoir l’impression de tuer des gens, me taper des prostituées voire les violer, et picoler ? A moins d’en avoir envie avant et du coup je n’ai pas vraiment besoin de ce parc pour « révéler ma personnalité » (direction l’hopital psy, please ?). J’ai l’impression que cette série plaît surtout aux mecs (ce qui ne me rassure pas trop), pour moi elle n’a pas beaucoup de sens à ce niveau là, je préfère aller chez Mickey et m’acheter une robe de Blanche-Neige (ben quoi ?). Non, je ne me considère pas spécialement comme « féministe », et oui, je sais que c’est une fiction mais l’histoire ne me semble pas tenir debout.

{J’édite cet article 24h plus tard car je viens de tomber sur cet article édifiant des inrocks, indiquant que 30 % des hommes pourraient violer une femme si ils étaient sûrs de ne pas être poursuivis… C’est peut-être un élément de réponse à ma question principale sur cette série même si l’article ne parle pas du tout de Westworld, je digresse un peu… et encore ces 30% sont ceux qui ont été honnêtes ! }

Pour en revenir à la série, le casting est pourtant génial (Anthony Hopkins quand-même !), la B.O. n’est pas mal, mais la sauce ne prend pas. Le rythme est lent, les scènes se répètent trop, on ne s’attache pas aux personnages car les uns sont des robots et les autres des « touristes » queutards et meurtriers dans l’âme. L’intrigue parallèle ne prend pas non plus (avec le fameux « Arnold »)… Bref je ne pense pas que je vais continuer à perdre mon temps avec cette série. Globalement, je trouve que le sujet a été beaucoup mieux traité dans Real humans. Westworld manque cruellement d’émotions.

Avez-vous commencé à regarder ? Qu’en avez-vous pensé ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Designated Survivor : le retour en force de Kiefer Sutherland !

photo-promo-de-designated-survivorCrédit photo Copyright : © ABC/Bob D’Amico

Hello les morues !

Il commence à cailler sévère et vous n’avez qu’une envie ; c’est de passer vos dimanches sous la couette ?

Pas de panique, de nouvelles séries arrivent et certaines valent le coup d’oeil !

Enfin le retour de Kiefer Sutherland après une tentative d’échapper à son rôle de Jack Bauer dans le très chiant « Touch », le voici dans un rôle un chouille ironique puisque cette fois-ci il n’essayera pas de sauver le président, mais il sera lui même amené à le devenir.

Tom Kirkman (enfin Jack, enfin Kiefer, enfin T’AS COMPRIS !) est un père de famille sans histoire, membre du gouvernement américain en tant que secrétaire  du développement urbain (quoi ça ?).

Un soir où il est en plein brainstorming au boulot avec sa femme, un staff de sécurité déboule dans la pièce où ils se trouvent et leur annonce que le capitole a explosé, que tout le monde est mort, et que Tommy est donc le « designated survivor » pour être le successeur du président des younaïted stêtes (il a gagné sa soirée, le mec). Tout ça évidemment sur fond d’images de flammes et de tête de Kiefer qui n’en croit pas ses lunettes.Il avait plutôt prévu de rentrer faire des calins à ses gosses en fait.

A partir de là tu sens la légère pression monter, il est embarqué à la maison blanche par les services de sécurité avec toute la famille et il doit prendre les commandes du pays en plein milieu d’attentats, prendre les bonnes décisions et surtout SE FAIRE RESPECTER. Dès le premier épisode on sent que c’est la partie qui va lui donner du fil à retordre.

Parce-que le mec il essaye d’être gentil, tu vois. Genre « Je ne voulais pas de ce job, mais bon j’ai pas trop le choix ! Et puis, moi, au moins, je suis cool donc je préfère m’en charger que de laisser n’importe qui faire n’importe-quoi ». Bref, il va devoir se mettre au pli rapido !

Les deux premiers épisodes sont un peu confus. On sent bien la pression, parfois on a presque l’impression que c’est un membre de la sécurité qui fait un snapchat tant on a le sentiment de suivre « la panique ». Pas le temps de niaiser, le rythme de la série a complètement accéléré. Par contre bien que l’on soit emportés par le rythme on a un peu du mal à rentrer dedans. Peut-être justement à cause du manque d’autorité et de charisme de Kirkman.

Ensuite, entouré des requins politiques de la maison blanche, on va pouvoir observer comment il va se mettre au diapason et imposer sa façon de faire les choses. Lentement mais sûrement on le voit prendre des décisions dont on ne le pensait pas capable. J’ai maintenant vraiment hâte de voir le prochain épisode.

Une série rythmée, un bon casting, un intrigue qui fonctionne, je vous la conseille !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Bridget Jones baby

affiche-bjb

Hello les cop’s !

Lundi j’ai été invitée par Showroomprivé à l’avant-première de Bridget Jones baby. Pour tout vous dire, je n’avais pas été particulièrement fan du premier volet. Je sais que je l’ai vu mais je ne m’en rappelle tout simplement plus. C’était drôle et sympa mais j’étais certainement déçue par rapport au buzz qui avait été fait sur le film. C’est donc juste dans l’idée de me divertir (et de ne pas mourir idiote) que je me suis rendue à cette avant-première.

C’est donc l’histoire de Bridget quelques années plus tard (ça ne nous rajeunit pas), toujours celibataire après avoir rompu avec Darcy. Cette fois elle a l’air de bien vivre son célibat, jusqu’à ce qu’elle rencontre Jack, puis retrouve Darcy… pour se rendre finalement compte qu’elle est enceinte sans savoir de qui…

Alors oui, je l’avoue, l’histoire ne m’emballait pas forcément sur le papier mais finalement j’ai passé une excellente soirée et nous nous sommes bien éclatés. Ce nouvel opus s’adresse bien sûr aux fans mais aussi aux novices ou à celles -comme moi- qui ont un peu oublié l’histoire. Bien que d’anciens personnages ne soient pas présents, des références y sont faites. C’est surtout l’humour qui triomphe dans ce film, des scènes un peu loufoques, des scènes très réalistes avec des idioties que l’on peut parfois se dire entre filles, des scènes un peu attendrissantes aussi !

Ce que j’ai aimé avant tout, dans ce film, c’est le côté « Girl power » de Bridget. Avant, elle était la victime complètement dépendante de sa relation avec les mecs, mais à 40 ans elle arrive à rire de son passé, à assumer d’avoir des relations « libres », à faire un bébé « toute seule » sans compter vraiment sur Darcy ou Jack alors qu’ils se battent pourtant pour elle. Elle pense en mode « qui m’aime me suive » et ça lui réussit tellement bien ! Bridget, maman à 40 ans ? Les doigts dans le nez !

A voir à partir du 5 octobre pour une petite bouffée d’air frais et une franche rigolade !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Take 6 au New Morning

 

blog melolimparfaite take 6 new morning

Hello les amis,

Bon, je sais bien que mes articles cultures ne sont pas toujours très lus à moins qu’ils ne parlent de séries… mais il fallait absolument que je vous parle du concert de Take 6 que j’ai pu voir au New Morning le mois dernier.

Take 6 est un sextet originaire d’Alabama assez peu connu en France par le grand public mais ils sont tout de même une référence pour les chanteurs et les musiciens car nous n’avons pas vraiment d’équivalent en France. Enfants du Gospel, ils chantent presque uniquement a capella. A l’époque où je chantais, faire un cover de Take 6 avec les copines était le kiff suprême. Le Banjo n’a donc pas pu résister devant mes yeux qui clignotaient quand j’ai appris qu’ils passaient cette année au New Morning et il a donc acheté les places.

D’abord, en arrivant nous avons du attendre assez longtemps et jamais la rue n’a été aussi remplie : tout le voisinage s’arrêtait pour nous demander qui chantait ce soir là…

La salle était pleine mais par un coup de bol inouï, deux personnes nous ont laissé leur chaise pour aller plus loin. Autour de nous, seulement des passionnés de musique ; clairement ils ne sont pas là pour s’extasier sur le body à paillettes de Beyonce, ils veulent de l’orgasme musical. J’ai eu comme un doute : « Et si ils n’étaient plus aussi bien qu’avant ? ». Après tout, je les écoutais quand j’étais ado et un peu de temps est passé (commencez pas !).

Bon eh bien je crois que ça ne se décrit pas, il y a des choses qui vous font vibrer seulement quand vous les entendez :

(Comme cette version de « Happy » -à 4:15- qui me fout une pêche de malade ???)

J’ai eu le droit à une version live de la chanson « Mary » (6:10), une de mes favorites, où ils se sont amusés à faire des vocalises interminables (la deuxième chanson sur cette vidéo)

Du début à la fin j’étais remplie de joie, émue aussi parfois, et au rappel je n’ai vraiment pas pu retenir mes larmes devant cette interprétation de « Happy Birthday » (0:25) : entre l’émotion des voix et l’émotion du mec je me suis liquéfiée.

Plus loin, pour la dernière chanson, ils ont posé les micros à terre pour chanter sans artifice, aucun, « Alleluia » (6:00). Je vous laisse admirer par vous même en vidéo parce-que je ne pense pas que les mots suffisent.

CONCLUSION : Vous l’avez compris, je suis fan, mais je dirais tout simplement que certains artistes ont, ce que je trouvais principalement en mon KING, cette sorte de grâce divine quand ils se mettent à chanter. Tout s’allume et nos émotions palpitent dans tous les sens. Ces personnes au talent si exceptionnel qu’ils arrivent à te faire penser que si le Grand Architecte veille vraiment sur nous, il a des projets pour certains. Bien sûr il faut aimer ce style de musique, mais on ne peut en aucun cas nier le talent. Si Take 6 croise votre route, offrez vous un vrai moment de bonheur et allez-y !

Rendez-vous sur Hellocoton !