The Circle Chapitre 1 : Les élues

photo circle promo

Hello les amis,

La semaine dernière j’étais invitée à la projection de The Circle : Les Elues qui sortira le 23 avril et je peux vous dire que quand j’ai reçu l’invitation j’étais super enthousiaste car il s’agissait de lycéennes et de magie, j’étais carrément à fond ! Vous vous souvenez du film “dangereuse alliance” (The Craft) ? J’avais tellement adoré ce film quand j’étais ado !

Bref je fonce à la projo, et je tiens à préciser que c’est un film suédois donc pour la vostf c’est en suedois… Ca fait bizarre au début donc je le dis ! Ca ne m’a pas trop gênée finalement (enfin du coup t’es obligée de lire les sous-titre par contre !)

En gros c’est l’histoire d’un ado qui se suicide au lycée et ensuite, lors d’une soirée de pleine lune, 6 de ses camarades vont se retrouver attirées dans la forêt mysterieusement. C’est alors qu’elles comprennent qu’elles sont élues pour former un groupe de sorcières pouvant lutter contre le Mal. Elles vont apprendre au fur et à mesure à apprivoiser leur pouvoir et tenter de délivrer leur lycée de sa “malédiction”.

Ce que j’en ai pensé ? J’ai vraiment eu du mal avec ce film. Je l’ai trouvé mal joué (parfois très théâtral) et j’ai trouvé les personnages principaux vraiment pas attachants. Le film est assez long alors que l’histoire n’est pas très compliquée. Tout est assez prévisible et c’est regrettable vu le temps que l’on met à rentrer dans l’action (y rentre-t-on d’ailleurs ?). Lorsqu’il y a un peu d’action ou de suspense on te met une musique très forte avec comme seul effet spécial de la fumée… ça manque cruellement de moyen (on est loin de dangereuse alliance !).

Par chance, ils nous ont offert le livre que je vais lire pour voir si ça me plait davantage. En fonction de cela je verrai bien si je vais voir les prochains volets de cette saga ! Et vous, vous connaissiez ?

 

How to become parisian in one hour ?

blog melolimparfaite become parisian in one hour

Hello la compagnie,

Vendredi soir, c’est un peu crevée de ma journée et sans grande énergie que je me suis rendue au théâtre des nouveautés pour assister au one man show d’Olivier Giraud “How to become parisian in one hour ?”. J’avais vu quelques extraits et ça avait l’air assez drôle mais j’avais peur qu’il y ait trop de clichés et que ça puisse devenir long.

Nous sommes arrivés vraiment pile à l’heure et avons été emportés par le rythme assez soutenu et le dynamisme de ce showman que je voyais pour la première fois sur scène. Il est assez rare que je reste captivée pendant tout un spectacle humoristique, il y a souvent des baisses de rythme, mais dans ce show, les baisses de régime vous permettent seulement de reprendre votre respiration pour le prochain fou-rire. Le spectacle est en anglais (vraiment très basique et parlé avec un accent français donc si vous avez un anglais assez scolaire vous comprendrez très bien, c’est très accessible !) et permet donc aux nationalités de se mélanger : indiens, chinois, allemands, américains, polonais…. et parisiens bien sûr (on est insupportables mais on a un peu d’humour ?) !

Bien que l’on se concentre sur les clichés et défauts typiquement parigots, les autres nationalités en prennent aussi pour leur grade  et participent beaucoup au spectacle.  Comme nous sommes un couple bi-culturel, c’était assez génial de voir que ce show faisait rire autant mon homme que moi (parce-que parfois c’est compliqué de faire rire en l’absence de certaines références culturelles), et finalement faisait rire vraiment toute la salle en réunissant toutes les nationalités dans l’humour et la bonne humeur. Un moment vraiment magique qui m’a fait oublier le stress de la semaine, et je n’hésiterai pas à y amener nos amis étrangers en vacances à Paris pour me bidonner de nouveau. Rassembler des gens du monde entier et les faire rire à l’unissons : un exercice bien difficile mais réalisé avec tellement de talent !

Pour conclure en rentrant chez moi je me suis prise à dire devant une bande de touristes plantés sur le trottoir et qui m’obligeaient à marcher sur la route : “Pfff, ROHLALALA, RELOUS HEIN !?” (en les regardant comme une furie évidemment). Chasse le naturel il revient au galop, mais quoi qu’il en soit, j’aime être parisienne et contribuer au mythe 😉 !

Allez, je vous laisse avec un petit extrait vidéo et si vous voulez réserver vos places pour passer un super moment ça n’est pas très cher et vous allez adorer !

Série TV : Faut-il regarder Lucifer ?

Luciblogmelolimparfaite

Picture credit : © Fox

Hello à tous,

Il y a un petit moment que nous n’avions pas parlé séries TV et j’ai découvert récemment cette dernière donc je voulais vous en parler. Avant tout, sachez que même les âmes sensibles peuvent regarder Lucifer, il ne s’agit pas d’une série d’horreur ou de SF, mais une comédie policière.

En ce qui concerne l’histoire, c’est un peu complexe à expliquer, mais en gros, il s’agit bien de LUCIFER qui, s’ennuyant en enfer, décide de laisser tomber celui-ci pour aller vivre à Los Angeles en tant que patron d’une boîte de nuit. Il rencontre une femme flic (attention cliché de fou) et va l’aider à mener l’enquête dans une affaire, puis dans d’autres. Alors qu’aucune femme ne lui résiste, celle-ci semble complètement insensible à son charme et va le déstabiliser (RE-méga-cliché-de-ouf).

Amenadiel, le frère de Lucifer, est envoyé par leur père (Dieu, donc ! En toute simplicité !) pour ramener Lucifer au bercail. Mais il semble que Lucifer aime sa nouvelle vie sur terre, s’attache à certains êtres humains, et soit bien décidé à rester où il est pour un bon moment !

La série est construite en partie sur 1 épisode = 1 enquête (format SOOOO 1980 que je déteste !) mais aussi en parallèle sur la vie “paranormale” de Lucifer, l’enfer, les ailes, tout ça… Bien sûr, au fil des épisodes la relation avec sa “partenaire” évolue (très lentement, tu penses bien qu’ils veulent signer d’autres saisons).

La particularité ici, c’est qu’après 8 épisodes je suis toujours mitigée. La force de la série est incontestablement Lucifer, personnage décalé et amusant, “le pire de l’homme en toute décontraction “, et surtout interprété à merveille. Il est magnétique, drôle et on a envie de savoir comment son personnage évolue parmi les humains mais aussi avec sa “famille”. Coté images je trouve que c’est bien fait aussi. En revanche le mauvais côté de la série c’est le format série policière vraiment lourd et leur façon prévisible d’amener les choses (par exemple la chute de l’épisode 8 qu’on sentait venir depuis 2-3 épisodes). La question est de savoir si le charisme de Lucifer pourra porter la série sur plusieurs saisons, ou si nous risquons de nous lasser trop rapidement ?

Si vous avez commencé à regarder la série ou souhaitez commencer, je serais heureuse d’avoir vos retours et impressions ! Pour ceux qui hésitent, voici le trailer pour vous faire une idée !

STOMP au Casino de Paris

Blog mode melolimparfaite stomp show paris

Hello la compagnie !

Je vous annonçais avant-hier que j’allais voir STOMP au Casino de Paris. J’avais vraiment hâte de les voir, ça fait des années que je regarde des extraits et que je me dis que ce spectacle doit être “sympa”, et puis finalement je n’y vais pas pour une raison X ou Y. Au moment de faire des choix je me suis parfois demandé si je n’allais pas un peu m’ennuyer si ils tapaient pendant deux heures sur des bidons…

Le spectacle avait lieu au Casino de Paris. Je constate d’ailleurs que les ouvreuses font le même cinéma qu’à l’olympia “Nous ne sommes rémunérées qu’au pourboire madame, alors …” (mince alors, cette abolition de l’esclavage c’était donc du mytho ? Ils se sont foutu de moi ? Oh wait, à moins que ça soit la demoiselle qui se foute de moi ? 🙄 ) Bon je développerai le sujet des ouvreuses un autre jour car je n’ai pas envie que ça soit relié au show qui n’a rien à voir.

Blog mode melolimparfaite stomp show paris water

Donc je trépignais d’impatience de voir ce qui m’attendait tout en ayant quelques appréhension de trouver ça trop répétitif. Mais la réalité m’a vraiment filé une sacrée claque !

SI VOUS NE FAITES QU’UN SPECTACLE CETTE ANNEE, ALLEZ VOIR CELUI-CI !

Vous me connaissez: je ne suis pas hyper facile à épater. Je n’y vais pas de tous les superlatifs facilement. Certains me diraient peut-être blasée parfois, je ne sais pas pourquoi j’ai toujours eu besoin de voir quelque chose d’un peu magique, extraordinaire pour donner des wooh et des waaaah.

Eh bien c’est le super-pouvoir de STOMP : leur façon de faire un spectacle absolument extraordinaire avec des objets tout-à-fait ordinaire, leur performance physique exceptionnelle, leur humour sans paroles, leur rythme endiablé, leur pêche d’enfer, leur générosité, leur créativité… on ne s’ennuie jamais ! Des shows j’en ai vu, j’en ai revu, et ça fait plusieurs années que j’étais un peu résignée à ne plus trouver la même adrénaline en regardant un spectacle. J’avais l’impression que plus jamais je ne serais emportée dans un autre monde. Eh bien je me suis trompée.

STOMP m’a conquise dès les premiers sons et on n’en perd pas une miette car à chaque objet ramené sur la scène on se demande comment il va être utilisé pour créer des sons complètement dingues. L’attention, la curiosité, l’amusement se lisait sur le visage de tous mes voisins de sièges qui étaient de toutes les générations. Créer un moment magique et un show inoubliable à partir d’un balai, d’une poubelle ou d’un sac plastique, ça c’est vraiment l’art, ça c’est vraiment être capable de tout sublimer sans exception. Il ya du génie dans ce spectacle.

Je ne peux vous dire qu’une chose : FONCEZ-Y, c’est jusqu’au 7 février au Casino de Paris et les places partent très vite.

Vous pouvez acheter des places ici et également en tarif réduit pour certaines dates sur billetreduc pour ceux qui sont flexibles et ont un petit budget mais veulent quand même en prendre plein les yeux et les oreilles.

Bon alors maintenant régalez-vous !

Blog mode melolimparfaite stomp show bou paris

Mon avis sur Star Wars – Le réveil de la force (petits spoilers inside)

Blog melolimparfaite sw avis

Crédit Photo : © The Walt Disney Company France

Hello les amis,

Comment allez-vous ? Hier nous sommes allés voir Star Wars car le Banjo y tenait (je ne savais pas qu’il aimait tant, vu que c’est plutôt Star Trek son truc). Bref, l’un n’empêche pas l’autre, mais du coup je voulais qu’on y aille avant la “vraie” reprise du travail, donc nous y sommes allés hier. Déjà le gros avantage c’est qu’il n’y avait personne. Le fait d’attendre un peu, après que tout le monde se soit rué dans les salles, fait que nous étions une dizaine maxi donc c’était particulièrement agréable !

Pour vous poser un peu le tableau je n’ai aucun souvenir d’avoir regardé Star Wars en entier, en tous cas même si j’en ai vu un ou deux quand j’étais petite, je ne me souviens plus de l’histoire et je me souviens de m’être copieusement ennuyée en essayant de regarder l’un des films jusqu’à la fin. Donc a priori ça ne me démangeait pas des masses d’aller voir le dernier volet, mais je me suis dit qu’en 2015 et vu les blockbuster de malade qu’on nous propose au ciné, ils avaient dû moderniser le truc à mort et que ça allait être dingue (des fois je suis optimiste !).

Alors déjà, sachez que si, comme moi, vous n’avez plus aucun souvenir des précédents films, ou ne les avez simplement pas vus, à aucun moment le contexte n’est posé. En gros : T’AVAIS QU’A SUIVRE. Bref donc j’essaye de rentrer dans l’histoire comme je peux et dès le départ, je trouve que beaucoup de choses font cheap (images et effets “d’époque” : je veux bien que ce soit pour faire plaisir aux fans inconditionnels mais en 2015 il me semble que sur une telle production on aurait pu se lâcher un peu).

Je vais essayer de vous donner un avis global sans trop vous spoiler :

Dans le positif ; je dirais que ça fait plaisir de retrouver Harrison Ford que j’adore. Ils ont introduit un peu d’humour avec Chewbie et les droïdes, c’est assez “léger” mais pas non plus hilarant… (en même temps ça n’est pas un film comique, mais ça le rend plus “tout public”).

Dans le négatif ; franchement déjà pour les non-fans aucune remise dans le contexte, et honnêtement même après avoir vu le film en entier, je ne suis même plus sûre de l’intrigue principale et du fil conducteur de cette histoire (retrouver Luke, j’imagine ?). Bref à aucun moment l‘intrigue n’est posée clairement.

Ensuite les effets spéciaux sont décevants, je n’ai rien vu de fabuleux, je me croyais dans l’attraction Star Tours de Disneyland -qui a quelques années pour ne pas dire décennies-.

Enfin le scénario, désolée mais vraiment j’ai trouvé ça complètement n’importe quoi !

-Déjà un stormtrooper soi-disant entraîné dès la naissance qui vient de se racheter une conscience et veut sauver un gentil pilote et en profiter pour s’échapper lui même du camps des méchants. Tu sais pas pourquoi, d’un coup ça lui prend, il faut partir vite (et surtout c’est pratique parce-que sinon le pilote de la résistance y serait passé).

-Ren -qui ressemble vaguement à une version acnéïque de Severus Rogue dans Harry Potter-, le méchant wannabe Dark Vador, fan inconditionnel de papy -il garde son masque comme autel et lui parle quand il se pose des questions existentielles telles que “Pourquoi suis-je si méchannnnnt ?” (parce-queeee !). Je ne déconne pas, il se demande vraiment ça à voix haute, larmes aux yeux et tout. Genre c’est un méchant émotif, t’as vu ?

-T’as une fille qui sort de nulle part qui découvre comment utiliser la Force, comment manier le sabre-laser, comment conduire un vaisseau spatial en moins de 30 secondes. Bref, en cas d’embrouille c’est la copine à avoir avec toi. Même Han Solo est conquis.

-Y’a un robot qui ne marche plus depuis des plombes, que plus personne n’arrive à faire marcher, qui se réveille à la fin du film sans aucun raison apparente et file le reste de la carte de l’espace et comme ça on va pouvoir retrouver Luke. Ah pétard, on avait un doute sur le temps d’hibernation des robots mais heureusement, ils sont sympas ils se réveillent juste à temps pour filer les infos, sans que personne ne leur ait rien demandé vu qu’ils étaient bon pour passer sur ebay en pièces détachées. La vie est bien foutue, je vous le dis.

Bref, je comprends que lorsqu’on est fan, on trouve tout bien (j’ai même bouffé du Heal The World de Michael Jackson en boucle à une époque, j’avoue que ce n’est pas ce qu’il a fait de mieux). Mais bon imaginons que les acteurs soient des clampins inconnus et que l’histoire et les effets restent les mêmes. Disons que ça s’appelle “Clampins in ze space”. Est-ce que sérieusement vous auriez dit que cette histoire vous avait subjugué et qu’elle avait un sens ?

Personnellement je suis assez surprise de l’engouement et des critiques ultra-positives, j’y suis allée en tant que spectateur “neutre” et je suis sortie déçue.

JOY

affiche

Hello les copains,

Aujourd’hui, c’était la sortie du film “Joy” dans les salles avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert De Niro (rien que ça).

Depuis que j’avais vu la bande-annonce j’étais assez impatiente de voir le film car il parlait d’une femme entrepreneur venant d’une famille modeste qui ne croyait pas forcément en elle, avec au pied son boulet d’ex-mari qu’elle héberge dans sa cave et un boulot par dessus le marché. Tout repose sur ses épaules lorsqu’elle a une idée en laquelle elle croit et fait tout pour trouver des investissements et se faire connaître.

Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle a dû surmonter beaucoup d’obstacles et dépasser ses propres doutes, et que son parcours est intéressant. Mais au final je trouve que le film souffre d’un rythme assez lent et  bien que le tout soit porté par les acteurs toujours bons, tout est assez “attendu” dans l’ensemble. Un sujet intéressant, donc, qui a mon avis aurait dû être traité avec un peu plus de punch. Je vous laisse avec la bande annonce pour vous faire votre propre idée :

Bisous 😉

Un concert et retrouver l’espoir ? Christophe Willem à l’olympia.

Blog melolimparfaite christophe willem à l'Olympia 21 novembre 2015

Hello les copains,

Comment reparler de tous ces sentiments si personnels qui nous ont tous habités les jours qui ont suivi les attentats ? J’ai d’abord été incrédule, puis sous le choc, puis malade comme un chien, puis effrayée (en mode “bunker”). C’est très bizarre de regarder par sa fenêtre et de voir sa rue hyper animée habituellement, soudain complètement déserte avec des militaires armés. Irréel.

Je suis restée terrée chez moi, j’évitais les fenêtres, je ne mangeais plus. Je ne voyais plus devant moi que les visages des innocents défiler dans ma tête en me demandant pourquoi… Bien sûr aucune réponse ne me conviendrait jamais, aucune réponse n’arriverait jamais à faire sens. Il m’a fallu me faire violence pour aller faire des choses simples comme mes courses… Mais ce qui me terrifiait encore plus, c’était le concert.

Il y avait un an, presque jour pour jour, un ami et moi achetions nos places pour le concert de Christophe Willem, et j’offrais également une place à ma maman et mon Banjo.  Un an que nous attendions ce moment avec impatience, plusieurs mois que je leur disais “J’ai hâte !”.

Je me demandais désormais si c’était une bonne idée que ma mère prenne le train, si c’était une bonne idée d’aller m’enfermer dans l’olympia pile une semaine après que le bataclan ne soit devenu un lieu tristement historique. Christophe Willem, on le kiffe, mais est-ce que la mesure de notre amour ne s’arrêtait pas à l’idée d’un coup de kalash potentiel ? Je vous avoue que j’ai cherché pendant toute la semaine, l’esquive, la solution, la réponse.

J’appelais mon ami qui me disait “Je comprends que tu ais peur mais je vais quand même faire ce que j’avais prévu de faire.”(j’espèrais sûrement qu’il me dise “oh non t’es folle, on n’y va pas !”). Du coup je me dis que je vais, moi aussi, faire ce que j’avais prévu de faire. Je n’irai pas acheter de place de spectacle de si tôt, mais je ne vais pas changer mon programme déjà établi.

Quand même, je ne le sentais toujours pas. Je ne vous dis pas les débats philosophiques avec le Banjo, qui se soldaient un jour par “on y va”, un autre par “bon tant pis on n’y va pas”.

J’ai contacté l’Olympia pour savoir si ils avaient de la sécurité armée (ce qui m’a valu de bien puants sarcasmes et moqueries…). Le CM de l’Olympia a répondu que non (ce qui m’a valu une petite crise de panique totale), mais à croire que je n’étais pas si folle que ça car il y avait bien des forces de l’ordre, des fouilles et des détecteurs de métaux.

Je ne vous dis pas comme j’y allais à reculons, cherchant à rassurer plus ou moins ma mère… espérant qu’une force invisible nous ramène au bercail. Une fois la sécurité passée j’ai demandé au dernier monsieur de nous donner des indications sur toutes les sorties de secour.

Quand on s’est assis mon ami n’était pas encore arrivé, j’ai eu peur  qu’il ne vienne pas et finalement j’ai pu le serrer dans mes bras juste avant que les lumières s’éteignent.

Je ne saurais expliquer l’ambiance dans la salle. Pesante. Mais qui essaye. Des gens qui ont décidé qu’on allait tous continuer mais des gens qui ont cette boule au ventre, celle qui s’appelle la peur.

Des gens qui, comme moi, checkent les issues de secour régulièrement, les vigiles avec leurs talkies, qui scrutent les mouvements dans la salle.

Christophe Willem apparaît enfin et commence comme un ange tombé du ciel avec “Le chagrin” que l’on écoute avec une joie et une tristesse mélangées. Il enchaîne ensuite par des chansons plus dynamiques et rythmées, et là, pour moi, c’est le malaise. Le concert commence en force, je ne me sens pas bien, quelques chansons passent… Il y a un décalage évident entre l’ambiance de la salle et lui qui se dandine énergiquement sur scène…

Puis finalement, il s’arrête et il nous le fait, son discours. Voilà je crois que c’est ça, en fait. Comme on dit en anglais “Are we gonna talk about the elephant in the room ?”. Parce-que OUI, il y a une semaine 1500 personnes vivaient l’horreur absolue dans une salle de concert parisienne, et oui, ON SE FAISAIT TOUS DESSUS.

Il nous a dit qu’il comprenait qu’on ait peur, que la musique était le bon moyen pour exprimer ce que l’on ressentait… il a chanté Imagine… Voilà c’est ça qu’on voulait en fait, se recueillir ensemble d’abord. Ensuite il a pris un peu la parole pour d’autres sujets avec beaucoup d’humour (ce qu’il fait à tous ses concerts) et ça a VRAIMENT décoincé l’ambiance (je sais que certains le trouvent nian nian mais il est vraiment drôle). Quand je dis “décoincé”, il y a quand même un mec devant moi qui a bondi de son siège à l’intro d’une chanson qui débutait avec un coup de tonerre. Alors lui, il était préparé en cas d’attaque : un seul coup de tonerre il était déjà sorti de la rangée. J’étais mi-amusée mi-admirative.

Du coup après avoir parlé de tout ça il y avait un sentiment de fraternité dans la salle, une vraie et belle volonté de tous communier et de tous chanter dans cette joie et cette tristesse emmêlées. C’était une sensation belle et fragile, mais c’était aussi, la première lueur d’espoir depuis le 13 novembre. Et cette lueur d’espoir, je crois même bien qu’elle m’a fait esquisser mon premier timide sourire après ces jours d’une tristesse infinie.

Nous sommes tous sortis un peu plus légers, un peu soulagés, un peu en nous disant qu’on pouvait encore continuer à vivre en portant à jamais dans nos coeurs les visages et les prénoms des innocents qui n’ont plus la chance de continuer.

Alors oui, je ne vais pas vous mentir : ça n’a vraiment pas été simple émotionnellement mais je crois que ce moment m’a aussi, quelque part, reliée un peu à la VIE. Alors merci Christophe, merci à tous les artistes qui montent de nouveau sur scène, et qui nous aident à reprendre un peu le cours des choses. Je vous laisse avec beaucoup d’amour et de douceur : quelques images souvenirs en chanson de ce concert.

4 jours à Dinard pour le festival du film britannique

Blog melolimparfaite dinard festival baie

Bonjour les copains !

Vous avez eu un aperçu sur les réseaux sociaux; nous avons été invités au festival du film britannique de Dinard début octobre. Le Banjo et moi, fans de cinéma, étions aux anges ! En plus nous avons réalisé que nous ne connaissions pas la région et c’était vraiment très joli ! Dinard est une ville petite mais avec une vue à couper le souffle, où que vous soyez !

A l’occasion du festival, la ville était remplie de drapeaux britanniques et de décos spéciales.

Blog melolimparfaite dinard festival cabine Blog melolimparfaite dinard festival car Blog melolimparfaite dinard festival balcon Blog melolimparfaite dinard festival affiche Blog melolimparfaite dinard festival oldschool

Pendant le festival nous avions un pass presse qui nous permettait d’asister à toutes les projections des films mais aussi de participer aux red carpets et aux galas. Si le gala de la soirée d’ouverture s’est fait dans la plus grande décontraction, j’ai un peu plus senti le stress pour la cérémonie de cloture (voir la deuxième partie de ma vidéo ou comment marcher sur le tapis rouge avec autant d’yeux braqués sur soi) !

Blog melolimparfaite dinard festival red carpet melo Blog melolimparfaite dinard festival gala Jean Rochefort

Blog melolimparfaite dinard festival juryr

Lors du gala d’ouverture, nous avons découvert le jury et son président Jean Rochefort qui a vraiment fait l’unanimité pendant tout le festival, aussi bien au niveau des autres membres du jury, de la presse ou des spectateurs. De l’humour, de la bienveillance, de la disponibilité avec son public, il a conquis tous les coeurs, sans exception. C’était drôle pour moi d’entendre cette voix si particulière faire des blagues à côté de moi, cette familiarité, cette vivacité.

En ce qui concerne les films que nous avons vus, notre coup de coeur allait indéniablement à “Up & Down” avec Aaron Paul, Pierce Brosnan, Toni Collette, qui raconte l’histoire de 4 suicidaires qui se rencontrent sur un toit -d’où ils comptaient sauter- et qui, finalement décident de faire un pacte ensemble et de redonner un sens à leur vie… Un film parti assez bizarrement mais plein d’émotions, de petites joies et de philosophie… J’en suis sortie toute retournée !

Ma plus grosse déception, en revanche, a été American Hero, dont nous avions TELLEMENT entendu parler, mais j’ai trouvé le film d’un ennui fou ! Je m’attendais vraiment à autre chose, de la drogue, des femmes, du ghetto, un père à moitié foireux qui essaye de se racheter mais un super-pouvoir mal exploité dans l’histoire. Bref, je n’ai pas compris l’enthousiasme qu’il a suscité !

Enfin, pour la performance d’actrice j’ai été très touchée par Charlotte Rampling dans “45 ans“, même si le film est un peu long, mais il est aussi plein d’émotion et Charlotte est d’une justesse incroyable.

En tous cas pour nous, c’était super intéressant car nous avons découvert beaucoup de choses que nous ne connaissions pas forcément et nous avons pu goûter à plusieurs genre en très peu de temps.

Entre chaque projection nous en profitions pour faire des ballades dans Dinard

Blog melolimparfaite dinard festiva baie dinard Blog melolimparfaite dinard festival banjo plage Blog melolimparfaite dinard festival melo a plage Blog melolimparfaite dinard festival plage paysage Blog melolimparfaite dinard festival plage

Et bien sûr, nous avons pris un peu de temps pour nous rapprocher de notre jury, et je peux vous dire qu’à Dinard l’ambiance est assez décontractée alors les stars sont très accessibles et disponibles donc c’était très agréable d’être reçus avec la banane (surtout que  je suis hyper timide donc j’angoissais de faire des interviews !).

Blog melolimparfaite dinard festival Alexandra Lamy Blog melolimparfaite dinard festival Jean Rochefort

Blog melolimparfaite dinard festival Natalie Dormer

Finalement, je n’ai pas pu faire mon interview vidéo de Natalie Dormer qui en a décidé autrement. Je m’en excuse auprès de ceux qui m’ont transmis leurs questions mais c’était totalment indépendant de ma volonté.

La cérémonie de cloture du festival a eu lieu le samedi soir et c’est “Couple in a hole” qui a gagné le hitchcock d’or et a fait l’unanimité auprès du jury.

Après cette cérémonie, nous nous sommes tous dirigés vers le gala de cloture pour fêter ce chouette évènement et se réunir avant notre retour le lendemain, dans une ambiance toujours casual chic et bon enfant.

C’est vraiment ce qui m’a frappé et plu dans ce festival, l’humilité de chacun, à commencer par les artistes et les équipes de films. En tous cas nous avons été ravis d’y participer !

Blog melolimparfaite dinard festival gala de clotureBlog melolimparfaite dinard festival champagne cloture

Pour vous donner un aperçu plus vivant, voici une vidéo montée sur le festival mais je suis désolée quelque chose bug et fait quelques “coupures noires” au début de la vidéo… Le temps de trouver comment y remédier, je la partage tout de même et au pire, le plus intéressant est dans la deuxième partie 🙂 Bisous à tous !

After Saison 5

After-Blog melolimparfaite

Hello les cop’s!

Bon, aujourd’hui on parle de lecture car j’ai enfin reçu le dernier volet de la saga “After” d’Anna Todd et que sappelorio (non, pas Quezac ! C’est pour voir si tu suis !) “After ever happy”. Déjà connais-tu les premiers volets de la saga “After” ? Anna Todd, 26 ans a commencé à écrire ce roman sur son smartphone, à l’aide de l’application Wattpad. Et là, bonjour le gros buzz,  car le texte a été téléchargé 1 milliard de fois ! L’auteur a, de plus, avoué s’être inspirée des membres du groupe One Direction pour ses personnages, ce qui a intrigué le public.

Tu n’as pas pu y échapper : de la Fnac à Monoprix même sans avoir lu le résumé, on annonçait partout le nouveau “50 nuances de Grey”. D’ailleurs “After” a tellement cartonné qu’ il est prévu que le roman soit adapté au cinéma !

Pour te planter un peu le décor des premiers volets l’héroïne s’appelle Tessa, elle est bien sous tous rapports avec son profil de petite fille modèle et son petit ami bien propret.  Et puis elle rencontre Hardin, le bad boy avec un goût d’interdit qui rendra sa vie bien plus tumultueuse. Les premiers romans décrivent leur rencontre, leurs désaccords, leurs étreintes sulfureuses (OH YEAH !) et leurs réconciliations.

Cette fois-ci l’histoire va un peu changer, nos personnages ont beaucoup évolué lors des précédents volets et il ne s’agira plus que de disputes et de réconciliations. Voici le résumé officiel pour vous en dire juste assez, mais pas trop :

“La vie n’a jamais été rose pour Tessa et Hardin, mais chaque nouveau défi auquel ils doivent faire face renforce leur amour et le lien passionné qui les unit est de plus en plus solide. Mais quand un pan de son passé, qu’il n’aurait pu imaginé, lui est révélé, Hardin est touché au cœur. Tessa de son côté subit une tragédie. Les deux amants vont-ils résister à tant de cruauté ? Finalement leur histoire familiale, si elle est choquante, ne semble pas très différente l’une de l’autre. Et Tessa n’est plus la douce et gentille fille qu’elle était quand elle a rencontré Hardin, pas plus qu’il n’est le cruel et sombre garçon dont elle est tombée amoureuse. Elle comprend toutes les troublantes émotions sous la carapace d’Hardin et sait qu’elle est la seule qui peut le calmer. Il a besoin d’elle. Mais plus le passé d’Hardin resurgit, plus il est inquiet et triste, et plus il repousse Tessa et tous les autres au loin. Tessa n’est pas sûre de pouvoir le sauver sans se sacrifier. Elle refuse de l’abandonner sans se battre, mais combattre qui : Hardin ou elle-même ? ”

Voilà, voilà ! Cette dernière saison change un peu des précédentes, nos deux héros ont plus de maturité et d’indépendance. Ceci étant, et quelles que soient les éventuelles répétitions entre les volets, on est entraînés malgré nous dans le tourbillon de leur passion et on ne peut s’empêcher d’être captivés par leur relation et un peu envieux de leur amour passionnel !

Chaque saison fait environ 600 pages mais ça se laisse lire vraiment rapidement, vous ne verrez pas le temps passer.

Si vous cherchez un bon roman de chicklit pour buller le dimanche dans le jardin ou rendre votre trajet en métro un chouille plus excitant, voilà qui devrait vous plaire !

Bisous !

Spectacle et coulisses : Le Bal des Vampires à Mogador

Hello,

Bon si vous me suivez sur les réseaux sociaux, il ne vous a pas échappé que je suivais en ce moment de très près le musical du Bal des Vampires qui se joue actuellement à Mogador.

Nous étions invités à assister au spectacle la semaine dernière pour fêter leur 100 000ème spectateur, et bien décidés à en prendre plein les yeux. Je n’étais pas fan du film original mais j’ai des critères d’appréciation assez différents pour les comédies musicales (décors, costumes, prestation vocale, danse, make-up, etc…) donc j’ai voulu tenter. Sachant que je n’ai aimé aucune comédie musicale vue en France, nous n’y allons plus très souvent, trouvant que ça manque de moyens et de créativité.

Dès le début du show, on nous prouve que Le Bal des Vampires ne mange pas de ce pain là et n’hésite pas à superposer écrans et décors massifs pour donner une impression très réaliste et nous transporter dans le froid de Transylvanie. L’ensemble fonctionne parfaitement, des titres dynamiques, des dialogues souvent drôles, des personnages bien interprétés et quelques vampires planqués dans la salle qui vous amèneront à frissonner et vous donneront l’impression de faire partie du bal.

Au niveau des décors des costumes et du maquillage, c’est un sans fautes. Ils ont sorti l’artillerie lourde ! Que ce soit l’Auberge, le château, la crypte ou la salle de bal, tout est somptueux. J’en ai rarement pris autant plein les mirettes de ce côté là, et en plus c’est tout à fait mon univers !

Les chanteurs m’ont tous plu, mais j’ai cependant regretté que certaines voix féminines aient le problème de l’ex-Lara Fabian dans les late 90’s : “plus je chante haut, plus j’envoie le boulet”. Je sais que c’est difficile de contrôler le volume quand on veut passer la note en voix pleine, mais ce qui était un exploit il y a quelques années est devenu tellement irritant. Et pourquoi caster toujours des voix féminines si lisses qu’on les croirait sorties d’un Disney ?

Au niveau des danseurs je préférais évidemment les chorégraphies de groupe telles que sur “Longue est la nuit”, qui me rappelait un peu au film Ghosts de Michael Jackson (J’ai d’ailleurs cru au début qu’il y avait un damier alors que c’était simplement l’éclairage qui faisait apparaître les tombes plus claires). Bien que la chorégraphie n’ait rien à voir j’ai adoré ces mouvements saccadés et ces vampires super expressifs. Regardez ce petit extrait, c’est assurément l’un de mes tableaux préférés :

En ce qui concerne les bémols, puisqu’il y en a toujours, je dirais que, comme à chaque fois que l’on adapte un texte en français, c’est inégal (connais-tu la version française d’I just can’t stop loving you ? Ça fait peur hein ?) et même parfois vraiment kistch. Mais comme le spectacle assume totalement son côté cuculapralino gothique kitsch et parodique, ça ne m’a pas choquée plus que ça.

A part que ça fait deux semaines que je chante Totale Eclipse à El Banjo et que je pense qu’il est au bord du gouffre. Quand même oser “T’as rien laissé du tout quand t’as fait s’éclipser mon coeur (WESH ?)”. La pucelle de la campagne qui tutoie Von Krolock comme si ils avaient élevé les cochons ensemble, c’était particulier. Le comte est charismatique, magnétique, on s’imaginait des envolées de plus haut niveau lors de leurs échanges.

L’autre bémol, mais là, j’insiste : c’est la durée du spectacle. De l’entrée en scène à la fin des salutations nous sommes restés 3h (avec 20 minutes d’entracte incluses). C’est hyper long pour un musical. Entre l’introduction très longue et les tableaux tragico-romantiques, il est possible de raccourcir en conservant le plus qualitatif et visuel, j’en suis persuadée.

A titre personnel, j’aurais aussi aimé qu’Herbert puisse pécho Alfred : le vampire gay, c’était assez marrant comme scène, dommage qu’ils n’aient pas eu plus de place.

En conclusion et malgré mes petits reproches sur la longueur, je vous conseille vraiment d’aller le voir. Coloré, drôle, visuellement très réussi avec des décors des costumes et des maquillages frôlant la perfection, et un casting au top (mention spéciale à Guillaume Geoffroy, Stéphane Metro, David Alexis et Pierre Samuel que j’ai trouvés exceptionnels), ce spectacle rassemble tous les éléments pour passer une excellente soirée et en prendre plein les yeux.

ACHETEZ VOS PLACES ICI POUR LE BAL DES VAMPIRES

 

Maintenant parlons des coulisses !

J’ai eu la chance de pouvoir accéder aux coulisses du spectacle et de pouvoir partager avec vous quelques images des répétitions et des backstages !  Voici des vidéos des répétitions de chant et danse où règne une ambiance bon enfant mais pro :



J’ai presque préféré les entendre chanter en répète que sur la scène, c’était vraiment chouette.

Ensuite j’ai fait un petit tour de Mogador et mes premier pas sur cette scène immense (et apparemment je me transforme un peu en vampire d’après les photos) !

Blog melolimparfaite scene mogador bal des vampires Théâtre de Mogador melolimparfaite Blog melolimparfaite fond bal des vampires

J’en ai profité un peu pour poser des questions aux membres de l’équipe qui aident à préparer les artistes et font en sorte qu’ils deviennent de vrais vampires !

Blog melolimparfaite costumes interview

Voici ma petite interview d’Héloïse, qui travaille à l’habillage des artistes :

1/Pouvez-vous vous présenter ? Quelle est votre formation et quelles sont vos ambitions ?

Je m’appelle Héloïse. Après la 3ème j’ai fait un BEP couture, puis un bac pro, puis une formation complémentaire puis un DTMS (diplôme de technicien des métiers du spectacle). J’ai travaillé à l’opéra Bastille puis j’ai été recrutée sur la comédie musicale de la “Belle et La bête” qui jouait déjà à Mogador et maintenant je travaille sur le Bal des Vampires.

2/ Qu’est-ce-qui est spécial pour vous avec le Bal des Vampires, pourquoi avoir voulu travailler sur ce projet ?

En premier lieu j’avais beaucoup aimé le film, mais aussi après avoir fait la Belle et la Bête, ça changeait totalement de registre donc c’était intéressant !

3/Comment avez-vous choisi les matières et les couleurs ?

En fait, une grande partie des costumes est arrivée de l’étranger puisque le spectacle s’était d’abord joué dans d’autres pays. Nous avons donc ajusté ceux-ci à nos artistes, ou si ils étaient endommagés nous les avons refaits. Il y a eu quelques créations mais nous avions un cahier des charges assez précis de monsieur Polanski : nous ne pouvions pas faire n’importe quoi.

4/Ne travaillez-vous que pour des comédies musicales ou également pour le cinéma, le théâtre ou autre ? Les challenges à relever pour chaque domaines sont-ils vraiment différents ?

Lorsque je travaillais pour l’opéra, le rythme était moins soutenus, les artistes se changent beaucoup moins souvent et c’est donc un peu moins stressant.

5/ Qu’aimez vous le plus dans votre métier, et qu’aimez vous le moins ?

J’aime tout dans mon métier, je fais vraiment cela par passion donc je ne vois pas ce que je pourrais dire de négatif, à part peut-être -si vraiment il faut dire quelque chose -que comme je travaille tous les soirs, je n’ai pas de soirées ou de week-end libres.

6/ Quelle est à votre avis la qualité la plus importante pour pouvoir exercer ton métier ?

La patience, surtout ! Ensuite la minutie, la créativité… mais surtout la patience !

Merci Héloïse !

Blog melolimparfaite costumes loges

Et maintenant voici la petite interview d’une autre magicienne, celle qui maquille les personnages pour les rendre vraiment intimidants et magnifiques à la fois : Jessica !

Blog melolimparfaite maquillage interview

1/Hello Jessica, quelle formation avez-vous suivi pour en arriver là ?

Après le bac j’ai fait deux ans en stylisme mais ça ne me plaisait pas alors je me suis orientée vers une formation maquillage et coiffure à l’école Christian Chauveau. Puis j’ai participé à des courts-métrages, des collectifs, puis enfin le roi lion, La belle et la bête, Mamma Mia… et maintenant le Bal des vampires !

2/Pourquoi vouliez-vous travailler sur La Bal des Vampires ?

C’est vraiment l’éclate au niveau des maquillages et des perruques que l’on doit aussi coiffer, entretenir, recouper au visage des artistes etc. (effectivement on y pense moins mais les loges sont envahies de perruques !).

3/ Comment choisissez-vous le matériel avec lequel vous travaillez ?

Nous travaillons essentiellement avec Make up For Ever car ils ont beaucoup de différentes couleurs.

4/ Avez-vous eu des contraintes pour maquiller les personnages ou vous vous laissez aller au gré de votre imagination ?

Non, avant chaque spectacle nous suivons un enseignement spécifique sur les façons de maquiller adaptées.

5/Sur quel type de projets préférez-vous travailler (cinéma, théâtre, etc…) ?

J’ai une nette préférence pour le spectacle vivant !

6/ Que préférez-vous dans votre métier et qu’aimez-vous le moins ?

J’adore avoir des pinceaux entre les doigts, c’est la partie que je préfère, et bien sûr l’ambiance de troupe et le côté humain. Quant à ce que je n’aime pas… Je ne sais vraiment pas, peut-être avoir de la colle à postiche sur mon vernis tout neuf ?

7/A votre avis quelle qualité est indispensable pour faire votre métier ?

La patience et l’humilité ! Bien sûr il faut aussi être curieux et créatifs, mais je dirais surtout la patience et l’humilité.

8/Quel vampire préfèrez-vous ?

(Ça ne peut pas être un loup garou ? Non ? Bon !) Eric dans Trueblood !

(elle me laisse Von Krolock alors ?)

Vous voulez voir un peu la magie opérer sous les mains expertes des maquilleurs ? Voici nos héros en pleine transformation (une heure de maquillage quand-même, pour notre comte hypnotique!).

Blog melolimparfaite maquillage mains comte von Krolock mogador bal des vampires Blog melolimparfaite maquillage comte von Krolock mogador bal des vampires Blog melolimparfaitemaquillage professeur mogador bal des vampires

Voilà les amis, ça sera tout pour aujourd’hui ! J’espère que ce petit reportage backstage vous aura plu et que je pourrai vous en faire plus souvent ! Bisous !

Reign

Reign blog lifestyle Mélo l'imparfaite

© CW

On parle séries ? Je sais bien qu’on est en période de disette, c’est la “pause de noël” des grandes séries phares, on cherche désespérément quelque chose à se mettre sous la dent tout en restant sous la couette en période de grand froid et de ralenti après les fêtes. Alors t’as vu, je suis sympa comme tout, je vais te faire quelques articles séries.

Reign et moi, ça a un peu mal commencé. Ils se sont un peu cherchés dans les premiers épisodes : ça part tout de suite assez fort dans les histoires multiples, peut-être un peu trop pour moi, j’ai fait un break et j’y suis revenue un peu plus tard.

C’est l’histoire de Marie, reine d’Écosse (mais bon officiellement elle a 15 piges) dont absolument tout le monde veut la peau -on se demande un peu pourquoi vu qu’elle a l’air plutôt sympa, mais que veux-tu ? Ils étaient très vilains et poilus tous ces gens de l’époque !-.

Donc Marie débarque à la cour de France pour épouser celui qui lui semble destiné depuis toujours, François -qui au départ ne semble pas plus enchanté que ça- et elle se pointe avec toutes ses copines physiquement intelligentes dont l’une ne tardera pas à sauter sur le roi… Bref ça pourrait se limiter à tout plein d’histoire de fesses, mais t’as la reine Catherine (la mère de François) qui ne veut pas du mariage de Marie et son fils à cause d’un mauvais feeling de Nostradamus, et elle va tout faire pour empêcher leur union (évidemment ils sont encore plus au taquet d’être ensemble que jamais, puisque ça fait chier maman).

Au milieu de ce bronx émotionnel, voire dramaqueenesque, vous avez des monstres dans les bois, le roi qui pète un câble complet, le frère de Francis qui en pince pour Marie (en fait, tous les mecs de l’univers en pincent pour elle dans cette série, c’est la Blake lively du 16ème –siècle, pas arrondissement, hein-), des nobles pas très catholiques, des histoires d’amour répertoriées “it’s complicated” sur facebook, beaucoup de mensonges, de trahisons et finalement, eh bien c’est pas mal.

J’accroche mieux à cette saison 2, le personnage de Catherine étant plus humain et les histoires d’amour étant moins en premier plan pour laisser place aux problèmes de la cour. Bref, franchement un moment sympa, plutôt pour un public féminin mais SURTOUT, pour un public peu exigeant quant à l’exactitude des faits historiques. En effet la série se revendique “historique” mais bon l’histoire de France vue par les américains, ça donne plus de “l’inspiration” qu’autre chose. Ne comptez pas vous remémorer vos cours d’histoire, je ne saurais commencer à énumérer les bourdes, mais je ne regarde pas la série pour cela donc je le prends seulement comme un divertissement.

Qui d’autre regarde ?

How to get away with murder

how to get away with murder copyright ABC© copyrights : ABC

Bon, aujourd’hui on va parler un peu séries, si ça ne vous dérange pas ! J’ai découvert cette nouvelle série il y a peu et je la trouve assez addictive, c’est “How to get away with murder“.

Le début est assez simple, et tourne principalement autour d’Annalise Keating, avocate réputée et charismatique, mais aussi enseignante de droit. Derrière sa carapace de femme forte et imbattable, on découvrira rapidement que bien qu’ elle semble tout contrôler dans ses cours ou au tribunal, dans sa vie privée par contre, beaucoup de choses lui échappent et ses réactions peuvent être tout à fait surprenantes.

En parallèle nous suivons l’évolution de ses étudiants tous très différents mais aussi très intelligents, qui mettront parfois Annalise à l’épreuve, et qui vont -on le sait dès le premier épisode donc je ne vous spoile pas- se retrouver impliqués dans une histoire de meurtre. On n’en sait pas plus pour le moment, mais clairement on meurt d’envie de savoir comment tous ces gens si brillants ont pu se retrouver dans une situation aussi merdique, et si/comment ils vont s’en sortir.

Une bonne réalisation, un bon casting, et une histoire qui intrigue : je suis impatiente d’en savoir plus, pas vous ? Pour ceux à qui j’aurais donné envie d’en savoir plus, voici la bande annonce :

 

 

Ambassadrice 3Suisses sur le plateau de Rising Star

Hello,

Comme vous avez pu le voir sur les réseaux sociaux, j’ai eu la chance d’être envoyée comme ambassadrice mode 3Suisses sur le plateau de Rising Star, pour donner mon avis sur la tenue des candidats de l’émission. Nous sommes arrivés tôt pour découvrir le plateau avant tout le monde et bénéficier d’un super cocktail qui nous attendait avant le photocall, en mezzanine du plateau.

Blog mode melolimparfaite rising star 3 suisses plateau Blog mode melolimparfaite rising star 3 suisses champagne Blog mode melolimparfaite rising star 3 suisses

L’endroit est vraiment sympa pour avoir une vue d’ensemble de ce qu’il se passe sur le plateau, et prendre quelques forces avant d’aller s’asseoir derrière le jury et apprécier la tenue des candidats. Pour moi, c’était une soirée chargée en émotions, puisque plus jeune, je rêvais moi aussi de faire mes preuves dans la musique, et que je sais ce que c’est que de débarquer devant un jury et de se sentir à poil comme si notre vie en dépendait. Du coups je sentais cette tension chez les candidats, et quel que soit leur niveau, je stressais pour eux ! Tout au long de la soirée je suis passée du sourire au frisson. Ma mission consistait à faire la fashion police et commenter les looks des candidats. Dans l’ensemble, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de looks composés de basiques et j’aurais aimé avoir un ou deux looks un peu plus excentriques. Pour cet article, je vous ai sélectionné mes duels préférés pour commenter leur look et j’ai tenté de recomposer un look identique ou approchant à dénicher chez 3Suisses !

Le premier duel entre nanas, Mélina et Solène, a été surprenant pour moi. Mélina avec son look ado des années 80 est toute mignonne et attendrissante, elle me rappelle beaucoup ma façon de m’habiller adolescente en fait ! Le jean, le foulard dans les cheveux, le regard timide, j’avais de la tendresse pour elle, et je lui souhaite bonne chance pour la suite : ça fait toujours mal au cœur pour les très jeunes qui sont plus sensibles. Nous les adultes, sommes sensés “gérer”.

Pour trouver le look de Mélina chez 3Suisses, je vous propose:

chemise en jean foulard fille jean noir

 

 

 

 

 

 Solène a, quant à elle, été mon gros coup de cœur “émotion de la soirée” et je dois avouer que j’adore son look : les cheveux rouges, la robe noire élégante, un mélange rock emo et femme fatale tout en nous tirant les larmes aux yeux avec son interprétation très personnelle de Stromae. Pour moi elle a assuré à tous les niveaux et si j’attends de voir sa voix sur des chansons plus “chantées”, je valide totalement son look !

Pour shopper un look comme la belle Solène chez  3Suisses, je vous propose :

robe bustierescarpins

 

 

 

 

 

Le duel entre Alex Copler et Huu était un des plus difficile à départager en terme d’univers pour moi ! Alex était résolument rock, bon dans ce qu’il faisait, et Huu dans un domaine très différent, plus R n’ B pop, avec des airs de lovers en auto-dérision était définitivement attachant. J’aimais bien les deux mais choisir entre ces deux univers m’a paru difficile tant chacun était représentatif de son style musical (et vestimentaire d’ailleurs !). Je crois que c’est la personnalité rigolote de Huu qui a joué dans ce duel, et je dois dire qu’il dégage de bonnes ondes ! Comme quoi tout a son importance quand on veut devenir une star.

Alex était habillé très rock, tu peux shopper son look par ici :

jean diesel homme tee rouge veste cuir homme

 

 

 

 

 

En ce qui concerne Huu il a mixé le classique et le street, j’ai beaucoup aimé ! Si tu cherches un look dans l’esprit, le voici :

pantalon a pince chemise bleue casquette

 

 

 

 

 


Le duel entre Inaya et Emmanuelle était à mon avis le plus serré vocalement. Il a fallu choisir entre deux filles d’un bon niveau, l’une plutôt jeune douce et fragile et l’autre une femme forte et rock n’ roll. Si j’ai trouvé la prestation d’Inaya agréable, j’ai été quand même davantage impressionnée par Emanuelle qui s’est risquée à une chanson vraiment pas facile, pourtant (Bohemian Rhapsody). C’est la douceur et la candeur d’Inaya qui ont remporté le duel, j’aimais bien son petit look féminin et classique à la fois que vous pouvez shopper ici :

robe blanche boots 263866740-gfp_prd_3s

 

 

 

 

 

 

Et si vous avez préféré le look rock d’Emmanuelle, vous pouvez plutôt piocher dans cette sélection :

pantalon cuir debardeur collier

 

 

 

 

 

Et voilà pour aujourd’hui ! Et vous, avez-vous regardé Rising Star ? Quel est votre favori et quel look préférez-vous parmi ma sélection ?

aaaspoart